Chants de la détermiNATION met en scène trois artistes dont les voix, les rythmes, les échantillonnages et les accords de guitare révèlent l'effervescence de la scène musicale autochtone d'aujourd'hui tout en exposant les réalités et combats de leurs communautés. Au moment où la résistance s'accentue sur les territoires autochtones, cette oeuvre sur la musique, l'art et la politique ramène à l'avant-scène les luttes des Premières Nations laissées trop souvent dans l'ombre.

Réalisé par Michelle Smith et Paul Rickard, ce long métrage documentaire présente trois auteurs compositeurs autochtones talentueux, Samian, Cheri Maracle et CerAmony, à travers leur processus créatif, leurs sources d'inspiration, et leur engagement dans les mouvements de résistance de leurs communautés respectives.

Étoile montante sur la scène musicale québécoise, l'artiste hip-hop Samian rappe en algonquin à-propos de ses propres démons comme jeune grandissant sur la réserve. Il donne ainsi la parole à toute une génération de jeunes dépossédée et oblige le Québec à affronter son rapport historique avec les Premières Nations .

Sélectionnée en 2008 pour le prix de la meilleure interprète féminine au gala de la musique autochtone, Cheri Maracle est récemment retournée vivre dans sa communauté natale de Six Nations. Ses chansons traitent de la vie sur la réserve et des luttes autour des territoires Mohawks non-cédés. Elle témoigne également de la vie des femmes autochtones et rend hommage aux milliers d'entre elles, disparues et assassinées.

Les rockers cri Pakesso Mukash et Mathew Iserhoff, membres du groupe CerAmony, se servent de la guitare de Pak et de la voix puissante de Mat pour exprimer la déception du peuple cri devant la destruction des territoires cris, bradés à Hydro Québec et aux grandes industries.

Bon nombre de jeunes artistes autochtones ont grandi en perdant leur langue et leur culture traditionnelle. La musique est devenue un véhicule pour se réapproprier la langue maternelle et des aspects de la culture traditionnelle qui s'étaient érodés sous la pression des siècles de politique coloniale.

Ainsi, l'oeuvre de ces artistes devient une importante source de force, de renouvellement culturel et de conscience politique pour les membres des communautés autochtones, plus particulièrement les jeunes, qu'ils vivent sur les réserves ou hors-réserve, en ville ou dans des régions éloignées. Pour le grand public, ces artistes le font danser, pleurer, réfléchir et agir, tout en le sensibilisant aux préoccupations actuelles des Premières Nations et en remettant en question sa perception des autochtones.